Tyla Rattray fin prêt

tyla-rattray-260215

2014 restera une saison à oublier, définitivement, dans la carrière de Tyla Rattray. Dans l’esprit de l’ancien champion du monde MX2, cette première tentative dans la catégorie reine des Grands Prix compte pour du beurre et c’est cette année qu’une ère nouvelle doit démarrer pour le Sud-Africain.

2014 restera une saison à oublier, définitivement, dans la carrière de Tyla Rattray. Dans l’esprit de l’ancien champion du monde MX2, cette première tentative dans la catégorie reine des Grands Prix, complètement bousillée par différents pépins physiques, compte pour du beurre et c’est cette année qu’une ère nouvelle doit démarrer pour le Sud-Africain qui, ayant disputé cinq saisons de l’autre côté de l’océan, a voulu retrouver l’Europe après avoir fêté ses 29 ans en novembre dernier. Il bénéficie désormais des outils et de l’environnement nécessaires pour réussir au mieux ce nouveau départ (et comment !), intégré qu’il est au team Monster Energy Kawasaki Racing, aux côtés de Ryan Villopoto.

" Je me sens prêt, d’autant que je suis persuadé que les différentes courses internationales ayant eu lieu ce mois-ci n’auront pas été d’une grande utilité pour ceux qui y ont participé…"

Comme la plupart de ses collègues, Rattray arrive au Qatar plein d’allant, sûrement pas troublé une seule seconde, assure-t-il, par le manque de compétition durant cette période de pré-saison, puisqu’en effet on ne l’a vu en tout et pour tout (hors différentes vidéos d’ambiance distillées au compte-gouttes par les responsables promo de l’usine Kawasaki montrant les deux équipiers du KRT à l’entraînement) que lors de la première manche du meeting international de Valence, qu’au surplus il a assurée pépère, au ralenti ou presque. Une attitude d’ailleurs très peu appréciée du public (et de l’organisateur !) français, qui a copieusement hué le Sud’Af’ lors de sa rentrée au parc… Mais, comme il le confiait en se changeant dans le fourgon de son équipe, s’il n’a pas roulé le samedi aux essais, ni pris le départ de la seconde manche, c’est qu’il ne se sentait pas du tout la moelle, il l’a confessé, de rouler dans ces conditions abominables. Ni surtout de prendre le moindre risque. C’était d’ailleurs tout à fait clair avec les responsables du team, pas question d’aller se faire mal et de mettre en l’air tout les efforts effectués en amont, tout l’hiver ! Pour preuve, RV2 n’était-il pas resté en Sardaigne à faire ses gammes (au soleil), pendant ce temps ? Si, en plein accord avec ses employeurs, Villo n’a pas jugé bon de prendre le départ de la moindre épreuve de pré-saison, en Italie, en Angleterre, en France ou ailleurs en ce mois de février, ce n’était pas seulement pour entretenir un certain mystère autour de l’équipe verte, mais bien parce que l’Américain et son compère d’Afrique du Sud, se jugeant suffisamment expérimentés d’une part, mais aussi et surtout physiquement et « mécaniquement » au point à la veille du lancement de la nouvelle saison, étaient convaincus qu’ils n’en avaient pas besoin. Point. A leur avis, au surplus, les conditions météo régnant sur l’Europe en cette fin d’hiver n’étaient pas du tout propices à une quelconque préparation en vue des Grands Prix du Qatar et de Thaïlande…

« Je me sens bien, j’ai travaillé dur pendant quatre mois aux USA, alors je sais que la condition est là, pas de problème. Bien sûr, c’est toujours mieux de prendre un ou deux départs avant le premier Grand Prix, mais je ne suis pas inquiet du tout dans la mesure où j’ai couru cinq ans en Amérique et que là-bas j’ai pris l’habitude de passer à l’action à toute vitesse : aux US il n’y a pas de warm-ups ! Les essais sont réduits au strict minimum et, lorsque vous vous placez derrière la grille, c’est pour de bon, c’est sérieux, ça veut dire « time to go » ! En plus, je n’y ai participé qu’aux championnats, qu’à des courses importantes, jamais à des meetings sans enjeu, ce qui m’a endurci, en quelque sorte. Et du coup aujourd’hui je ne me fais pas de souci, je me sens prêt, d’autant que je suis persuadé que les différentes courses internationales ayant eu lieu ce mois-ci n’auront pas été d’une grande utilité pour ceux qui y ont participé… Ce que j’en ai vu, entre la neige, le gel, le froid, la pluie, la boue, je ne pense pas que ce soit la meilleure introduction possible aux 27° qui nous attendent au Qatar, en nocturne, ou nettement plus chaud encore en Thaïlande, n’est-ce pas ? ».   

" Les gars du team ont vraiment bossé comme des dingues et bien entendu ils attendent en retour de grandes performances de la part de leurs pilotes "

Sans ses divers problèmes physiques, un pouce cassé, un autre doigt puis un trauma crânien en 2014, le Sud-Africain doit être considéré comme l’un de ceux (et ils sont nombreux, pour peu que les quatre ou cinq top-guns leur laissent quelques miettes, mais rien n’est moins sûr !) qui bagarreront pour tenter d’accéder au podium en MXGP. Rattray connaît bien la KXF 450 pour avoir piloté des Kawasaki durant toute sa période américaine (2009/2013), avant l’intermède Husqvarna de l’an passé. « L’intersaison a été des plus sérieuses, avec Ryan nous avons roulé des heures et des heures, accompli un travail énorme. Cela dit, même si l’on trouve toujours des améliorations à effectuer, en roulant tous les jours, tous les jours sans relâche, il faut savoir tirer un trait, dire stop. Les gars du team ont vraiment bossé comme des dingues et bien entendu ils attendent en retour de grandes performances de la part de leurs pilotes. Chez Kawasaki, ils ont mis le paquet, ils veulent gagner. Quant à moi j’ai hâte d’y être ! Mon dernier GP remonte à Lommel, au mois d’août, ça fait donc un moment que je n’ai pas couru dans de bonnes conditions. C’est dire si j’ai envie ! Et la catégorie MXGP a fait le plein de super pilotes : ça en fait un sacré paquet, de champions, au départ ! Avec Ryan en plus, qui va être l’attraction numéro un, le monde entier va se passionner pour les Grands Prix. Sans aucun doute, c’est une saison des plus excitantes qui s’annonce ! ».
 
Info © Adam Wheeler www.ontrackoffroad.com – Photo copyright Pascal Haudiquert / Kawasaki Racing

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password