Team Yamaha Kurz Casola

melotte_04_09_02

Après la terrible désillusion du Grand Prix d’Allemagne, marqué par la violente chute de Johnny Aubert alors que le podium l’attendait, le team Yamaha Kurz Casola a connu un meilleur week end en République Tchèque tout en ayant de nouvelles frayeurs avec la chute de Josef Dobes au début du grand prix 125. Alors que la période des transferts bat son plein, rien n’est encore décidé pour 2003 au sein du team, tant côté matériel que pilotes. « Nous avons reçu une offre de Yamaha Europe, mais dans le même temps KTM souhaiterait que nous devenions la structure officiel KTM France. Nous discutons des budgets nécessaires avec chacun d’eux, et d’ici la Russie nous devrions être fixés sur la marque des motos et de là découlera le choix des pilotes. La seule certitude que nous ayons, c’est que nous nous associons à la structure PSM pour renforcer nos moyens » confiait ce week end Marc Casola, qui accueillait dans la structure Yannig Kervella. Présent aux côtés de Bolley lorsqu’il conquit ses deux titres mondiaux, l’ancien champion de France est venu « prendre la température » en vue d’une possible collaboration avec le team la saison prochaine.

Grand Prix 250. Encore convalescent, Johnny Aubert avait tenu à faire le déplacement à Loket ou tout le paddock a salué son retour. « Tout au long du week end j’ai reçu des témoignages de sympathie, et j’ai même l’impression que les gens ont un autre regard sur moi depuis ma course en Allemagne » confiait Johnny. « C’est le point positif, car assister en spectateur à la course l’est moins, surtout quand on voit passer une belle opportunité de marquer de bons points au championnat. C’est dur de rétrograder au mondial sans rien pouvoir faire, mais il m’était impossible de rouler. J’ai toujours beaucoup de mal à trouver le sommeil, et j’ai toujours des douleurs au dos et au poignet. Jean Savoca m’a remis des choses et place, et je dois encore le revoir dans une semaine. Nous verrons alors s’il est possible que je reprenne la moto, mais je pense qu’il y a peu de chances que je puisse rouler pour la finale en Russie ». Le grand prix a été dominé par Mickaël Pichon, vainqueur pour la dixième fois cette saison.

Grand Prix 500. La mauvaise passe traversée par Cédric Melotte semble avoir pris fin, puisque pour la première fois depuis longtemps le Namurois n’a pas connu de problème majeur durant le week end. Auteur d’une bonne qualification sur cette piste à l’adhérence spécifique, Cédric signait le dixième chrono de la séance, dans le sillage immédiat de Stefan Everts qui allait le lendemain décrocher son sixième titre mondial en se classant second d’une course dominée par Joël Smets. Pointé en douxième position au second virage, Cédric allait de suite prendre le meilleur sur Theybers et Pyrhonen, accédant à la dixième place dès le second tour. Doublant dans la foulée Jelen, Cédric n’allait plus pouvoir progresser dans la hiérarchie, passant toute la course dans le sillage de Jorgensen ; neuvième, il obtient là son meilleur résultat depuis le grand prix d’Italie disputé fin mai et regagne du même coup plusieurs rangs au championnat. Désormais treizième à sept petits points du dixième, il peut intégrer le « top ten » à l’issue de la finale et abandonner du même coup ce numéro 13 qui ne lui aura pas vraiment porté bonheur cette saison.

Grand Prix 125. Une fois de plus, Josef Dobes n’a connu guère de problèmes lors des qualifications. Parti en seconde position derrière De Reuver, Josef qui roulait « à domicile » a fait une course régulière lui permettant de ne pas être inquiété et d’assurer sa seconde place. Les choses furent plus difficiles pour Rui Gonçalves, auteur d’un très mauvais départ dans cette même course qualificative ; seulement seizième au premier passage, Rui échouera à la onzième place alors que seuls les huit premiers sont qualifiés pour le GP. Obligé de passer par les repêchages il ratera totalement son départ, pointant au douxième rang au premier passage ! Seuls quatre pilotes étant qualifiés, Rui se lancera alors dans une irrésistible remontée l’ amenant en seconde position au dixième tour, derrière le sud africain De Jager qui en faisant une faute dans le dernier tour offrait la victoire au jeune portugais.

Rui allait une nouvelle fois rater son départ du grand prix, alors que Josef virait en onzième position au second virage. Mais dix secondes plus tard alors que tout le peloton abordait un saut très rapide en descente, trois pilotes s’accrochaient et restaient au sol : Guidetty, Josef et Townley qui était le seul à repartir attardé. Déséquilibré par un autre pilote à l’appel du saut, Josef n’avait pu sauter alors que Townley et Guidetty sautaient, se réceptionnant sur la Yamaha Kurz Casola ! Touché à la main, Josef devra passer une radio ce lundi pour savoir si les os sont fracturés. Vingt quatrième au premier passage, Rui fera une superbe course le ramenant au douxième rang, son meilleur résultat à ce jour en mondial. « Avant de venir ici j’ai repris l’entraînement de façon intensive, et si samedi j’ai eu un peu de mal à trouver les bonnes trajectoires dans ma course qualificative cela s’est nettement amélioré dans le repêchage. Ce matin au warm up j’ai signé le quatrième temps, et cela m’a mis en confiance pour la course ou je suis néanmoins mal parti. Mais j’avais de bonnes trajectoires, différentes de celles des autres pilotes, ce qui m’a permis de doubler pas mal de pilotes sur cette piste ou l’adhérence était délicate. Ce week end m’ a permis de reprendre confiance en moi, je prends à nouveau du plaisir à rouler sur la moto et je pense que je peux faire une bonne performance dans deux semaines en Russie ».

Communiqué – photo © Team Yamaha Kurz Casola

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password