VALENTIN TEILLET : Un nouveau départ

valentin-teillet-121214

Passé de Kawasaki Bud Racing à Honda SR Motoblouz en fin d’année, Valentin Teillet a décidé de se donner un nouveau départ pour la prochaine saison. Le vendéen s’est longuement confié dans une interview pour Motocross Emag dont voici un extrait.

Il est assurément l’un des plus doués de sa génération, mais n’a pas su concrétiser au plus haut niveau : des cinq saisons passées en GP MX2, il n’en a jamais bouclé une seule au complet, notamment… Pourtant, toujours aussi passionné par son sport, son métier, lui demeure persuadé qu’à 24 ans il peut encore croire aux lendemains qui chantent. Aussi, au terme d’une saison qui aura été celle d’une certaine reconstruction, Valentin Teillet a-t-il décidé de tout reprendre à zéro pour donner un nouvel élan à sa carrière. Dans un nouveau team, sur une nouvelle moto, avec un nouveau programme, 2015 aura pour lui des airs de nouveau départ. 

Dans une période aussi agitée, on l’a chopé quelques jours après « le SX de Paris  à Lille », un petit peu « entre deux portes » si l’on peut dire : il venait juste de clore un chapitre, et pas n’importe lequel, de sa vie de crossman, au terme de trois saisons passées chez Bud Racing dont il était devenu un pilote très emblématique, et prenait la route pour Lyon où il partait faire ses débuts dans son nouveau job, embauché par le team SR-Motoblouz avec pour mission de représenter officiellement la marque Honda en motocross et supercross en France.
Une époque s’achevait, une autre allait démarrer : excellent timing pour rencontrer Valentin Teillet, personnalité attachante du MX tricolore s’il en est. Un type à l’esprit vif, lucide, jamais avare de réflexions bien senties à propos de son sport comme de son parcours personnel qui jusqu’à présent, on ne peut le nier, n’a guère ressemblé à un long fleuve tranquille… On s’est donc contenté de l’aiguiller sur quelques thèmes lui tenant forcément à cœur et on a écouté, tout simplement. A vous !


 
BUD RACING
« J’ai tellement appris chez Bud, auprès des frères Dassé et surtout de Jacky Vimond ! »

« Des trois saisons passées chez Bud Racing, je ne garderai que de bons souvenirs, même si tout n’est pas allé comme je l’aurais, comme nous l’aurions souhaité. Les deux premières années auraient pu, elles auraient dû, être les meilleures de ma carrière et en fait elles ont été marquées par les pires blessures, les plus graves que j’ai endurées… Mais, d’autre part, j’ai tellement appris chez Bud ! Grâce à Bud, auprès des frères Dassé et surtout de Jacky (Vimond), j’ai appris à devenir pro, vraiment, en tous cas beaucoup plus professionnel. Et c’est primordial, c’est pourquoi je ne retiens que le positif de mon passage dans cette équipe. Trois ans, c’est pas rien ! Toute une période qui restera à jamais gravée dans mon cœur. Et puis il y a eu cette saison qui s’achève, tellement riche en expériences diverses et variées : supercross US, championnat de France Elite, motocross AMA, SX européen en fin d’année, on ne peut pas faire plus. D’ailleurs c’est bien simple, toute la saison j’ai eu des étoiles plein les yeux ! En termes de résultats, j’aurais sans doute pu faire mieux mais, au point de vue personnel, cela restera une grande année dans ma vie ».

2014 EN ELITE
« L’Elite m’a échappé, je suis bien obligé de le reconnaître »

« Revenu en France après mon expérience américaine, j’ai aussitôt embrayé sur l’Elite : sacré décalage, et pas seulement horaire ! Ayant passé trois mois en Californie, ayant couru à Anaheim, Phoenix, Oakland ou San Diego, tu te pointes à Ernée, Romagné, Sommières ou Thomer, il y a comme du changement ! Et il ne faut pas oublier que, comme pour corser l’affaire, je changeais aussi de cylindrée, passant à la 450 cc après avoir uniquement roulé sur la deux-et-demie tout l’hiver… Cela dit, comme pour contredire ce que je viens d’expliquer, la transition s’est effectuée très facilement, tout en douceur. Et même plutôt nickel, puisque d’emblée j’ai pris le commandement du championnat ! Mais, comme si j’étais trop bien parti en quelque sorte, avant la troisième épreuve je me suis fait mal… lors d’une séance photo-vidéo pour Bud. Qui s’est achevée sur un beau soleil et une fêlure au bassin. J’ai caché l’ampleur de la blessure et, même si je n’ai pas pu courir à Gueugnon, j’étais à Romagné la semaine suivante. Moi qui étais en tête de l’Elite au soir des deux premiers rounds, en ratant une épreuve j’avais perdu toute chance d’être titré mais, ça se comprend, j’avais envie de revenir au plus tôt. Alors, si j’ai dû serrer les dents car j’avais vraiment mal, j’ai tout de même remporté la première manche à Romagné…  Et au final, même si j’ai brillé, si j’ai plutôt tendance à croire que ce championnat m’était destiné, je suis bien obligé de reconnaître que l’Elite m’a échappé… ».

Retrouvez l’interview complète de Valentin dans le numéro 3 de Motocross Emag.

A lire sur Motocross Emag :

USA 2014
« J’ai roulé avec ma tête et j’ai rempli mon contrat »

2014 EN GP
« Au sein d’un team officiel, comme un pilote d’usine ! »

2015 CHEZ SR SUR HONDA
« Josse (Sallefranque) est un pur passionné, dévoué à 100 % pour son team, dévoué pour son sport » 

UN BILAN A CE JOUR
« Je sors un peu KO d’une longue saison très axée supercross… »                  

SOUVENIRS, SOUVENIRS
« Bien sûr, que je rêve de remporter un maximum de courses ! »

VT & SON SPORT
« Si un jour j’avais l’opportunité d’aller rouler en MX US, je serais partant à coup sûr.. »

VT AU FUTUR
« A moi de montrer ce dont je suis capable ! »

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password