Christophe Charlier “Le public donne des ailes, quand on les entend dans les virages ça motive énormément”

christophe-charlier-100613

Neuvième de la première manche MX2 à Ernée, Christophe Charlier a sorti la grosse attaque dans la seconde course pour décrocher son premier podium de la saison, et ce devant son public. CC23 s’est confié à notre micro, juste avant de s’envoler vers l’Italie où se disputera le prochain grand-prix de la saison.

MX2K : Christophe, tu montes sur ton premier podium de la saison devant ton public, tu dois être plutôt satisfait de ta journée ?
Christophe Charlier : Oui c’est vrai que ça fait plaisir, surtout que je suis arrivé ici avec un peu de pression  parce que c’est le grand-prix de France. Au début tu te mets pleins de mauvaises ondes dans la tête. Puis j’ai réussi à me relâcher au fur et à mesure du week-end, et à prendre du plaisir à rouler. Et donc oui, je suis super satisfait de mon podium.

"Quand j’ai vu sur le panneau de mon mécanicien que j’étais sur le podium du GP, c’était super"

MX2K : Qu’est ce qu’il t’est arrivé en première manche ? Tu rates ton départ ?
CC23 : Oui je suis mal parti, puis après je me suis accroché avec Tonkov en milieu de manche et j’ai perdu beaucoup de places. J’ai quand même réussi à remonter à la neuvième place, mais à la fin de cette manche je ne pensais vraiment plus au podium. En seconde manche, je suis bien parti et j’ai pris un bon rythme. Quand j’ai vu sur le panneau de mon mécanicien que j’étais sur le podium du GP, c’était super. Le public donne des ailes, quand on les entend dans les virages ça motive énormément. Franchement, je me suis vraiment fait plaisir, et le public était au top.

MX2K : Tu devais être un peu dégouté en première manche lors de l’arrêt de la course dès le premier tour (suite à un problème de grille), alors que tu étais deuxième ?
CC23 : Oui j’étais deuxième, et je pense que j’allais passer en tête. Mais quand j’ai vu le drapeau jaune, j’ai tout de suite compris que la course était arrêtée car j’avais vu que trois pilotes KTM avaient tapé dans la grille au départ. Ca ma fait un peu bisquer sur le moment, mais bon il a fallu faire avec.

MX2K : Justement, comment fait-on pour rester concentrer dans ces moments là, à se remettre dans la course ?
CC23 : Je pense que cela m’a déconcentré pour le deuxième départ, car j’étais tellement bien parti au départ précédent que je voulais faire encore mieux, et ça n’a pas marché cette fois là.

"C’est la première fois que je roulais devant sur un GP de France et c’est vraiment top"

MX2K : La deuxième manche a été mieux
CC23 : Oui nettement mieux, je pars sixième et j’ai réussi à me faufiler tout de suite. Le rythme n’est pas pareil, je me faisais vraiment plaisir. C’était super de se battre devant. Et le public était impressionnant, c’est la première fois que je roulais devant sur un GP de France et c’est vraiment top.

"Dans les virages j’entendais le public crier, je voyais les drapeaux français qui dépassaient des barrières"

MX2K : Ca aide d’avoir son public que tu supprotes, tu l’entends vraiment bien sous ton casque, avec le bruit de la moto ?
CC23 : Franchement c’est impressionnant, dans les virages j’entendais le public crier, je voyais les drapeaux français qui dépassaient des barrières. C’était plaisant.



MX2K : Ca peut aussi aider à te déconcentrer !

CC23 : Oui c’est vrai qu’on peut aussi se déconcentrer quand on est supporté comme çà, mais moi ça m’a plus aidé !

MX2K : Maintenant tu vas prendre la direction de l’Italie, ce sera un peu comme un deuxième « home gp » pour toi.
CC23 : Oui je n’habite pas très loin, et il va y avoir beaucoup de personnes qui vont faire le déplacement pour venir me voir, ça va être super.

Interview / photos © Valentin Guinberteau – Mx2k.com

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password