GRAND PRIX DU QATAR : Interview de Livia Lancelot

livia-lancelot-270213

Invitée par Youthstream à participer aux deux premières épreuves du championnat du Monde de motocross au Qatar et en Thaïlande, Livia Lancelot sera la seconde femme (après Mariana Balbi en 2009) à s’aligner à un GP aux côtés des meilleurs pilotes MX2. A quelques heures de l’ouverture du mondial, Livia vous en dit plus sur ce nouveau challenge.

Livia, comment te sens-tu avant cette nouvelle saison ?

Pour moi la saison a déjà commencé il y a un mois. J’ai participé à deux courses de sable à Hossegor et au Touquet. J’ai donc commencé mon entrainement plus tôt que prévu, en me focalisant pour le sable pour ces deux courses auxquelles j’ai roulé au guidon d’une 450 Kawasaki. J’ai roulé à ma première course de motocross il y a dix jours à Valence, et maintenant je m’envole pour le Qatar et la Thaïlande pour les deux premières épreuves du championnat du monde MX2.

"C’est bien de voir que le promoteur du championnat du monde ne m’a pas oublié"

Ce fut une surprise pour toi d’avoir reçu cette invitation pour le Qatar ?

Oui bien sur, même si je ne sais toujours pas pourquoi Youthstream m’a invité à rouler sur ces deux courses !  Mais dès qu’ils m’ont demandé si j’étais intéressé d’y aller, j’ai tout de suite été très enthousiaste et excitée. C’est bien de voir que le promoteur du championnat du monde ne m’a pas oublié, même si j’ai arrêté de rouler en WMX lorsqu’ils ont décidé de nous mettre avec le MX3.

"Avec la nouvelle règle, je dois réaliser un chrono égalant au moins les 108% du temps moyen du top dix"

Qu’attends-tu du Qatar et de la Thaïlande ?

J’ai reçu l’invitation juste avant le Touquet, au moment au j’étais concentrée sur les courses de sable. Je ne me suis pas beaucoup entraînée au guidon de ma Kawasaki 250 Rockstar Bud Racing sur une piste de motocross. Et même si j’avais eu plus de temps pour me préparer, je ne suis pas certaine que cela aurait changé beaucoup de choses. Je vais faire de mon mieux et essayer de me qualifier. Avec la nouvelle règle, je dois réaliser un chrono égalant au moins les 108% du temps moyen du top dix. Je sais que ça va être difficile, mais je veux prendre cette opportunité de rouler contre les meilleurs pilotes MX2.

Tu as terminé le Touquet dans le top 50, comment s’est passée cette expérience au guidon de la 450 ?

Quand j’étais plus jeune, je suis allé voir cette course une fois, et l’année dernière j’ai décidé de la mettre à mon programme. J’aime rouler dans le sable, mais le Touquet est une course spécifique, et c’était le bon moment d’y participer. Je voulais rouler en 450cc, et je me suis beaucoup entrainée cet hiver pour préparer cette course. La 450cc est plus lourde et plus puissante que la 250cc, mais j’ai pris beaucoup de plaisir avec. Tu dois changer ton style de pilotage, et j’ai beaucoup aimé cette expérience. J’ai participé à la ronde des sables d’Hossegor pour préparer le Touquet, et ça m’a beaucoup aidé car je n’avais jamais roulé avec autant de pilotes. J’étais contente de finir le Touquet dans le top cinquante. J’y serai encore l’année prochaine.

"Chaque année je cherche de nouveaux challenges comme je ne participe plus au championnat du monde"

Quel sera ton programme après le Qatar et la Thaïlande ?

Chaque année je cherche de nouveaux challenges comme je ne participe plus au championnat du monde. Mais mes sponsors sont intéressés pour que je roule au Touquet et aux X-Games. En décembre, j’ai roulé au SX de Genève, en janvier j’étais à Hossegor avec la 450 et le week-end prochain je serai avec ma 250 pour le GP MX2. Je participerai ensuite au championnat de France, quelques GP, l’Italie et l’Angleterre, deux courses où je pourrai aller avec le team Bud Racing car les filles roulent le même week-end que les pilotes MX1 et MX2. Je ferai aussi les X-Games et quelques Endurocross. C’est toujours bien de découvrir de nouvelles disciplines et nouveaux rivaux.

Est-ce que c’est possible pour une femme d’être professionnelle dans ce sport ?

C’est n’est pas facile, mais pour le moment je peux le faire. Merci à Kawasaki, Bud Racing, Fox, Rockstar et tous nos autres partenaires. Je suis chanceuse car le motocross est ma passion, et chanceuse d’avoir été là au bon moment.

Interview Kawasaki – Photos © Valentin Guinberteau / Pascal Haudiquert

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password