L’Entrevue avec Marvin Musquin

marvin-musquin-220410

Chaque mois dans l’Entrevue nous interrogerons un pilote qui fait l’actualité du motocross. Voici les réponses aux questions que tout le monde se pose… sur Marvin Musquin !

Cette nouvelle rubrique débute avec le champion du monde en titre, Marvin Musquin. Sur le chemin du prochain grand prix à Valkenswaard, Marvin, Yannig Kervella, son coach, Jon Primo, son mécanicien, écument les circuits belges pour affiner la technique sable. Après deux jours d’entraînement à Olmen où il a croisé Ramon, Philippaerts, Simpson, Marvin s’est mis en confiance pour la prochaine étape du mondial.

Marvin, ce début de saison en championnat du monde était-il plus facile que prévu ?

Marvin MUSQUIN : "Oui, surtout en Bulgarie car j’ai gagné les deux manches avec de l’avance donc j’étais assez étonné. Ensuite à Mantova, il y a eu de la bagarre avec Roczen et Herlings, c’était un peu plus compliqué mais ça s’est encore bien passé. Donc je peux dire que oui, j’étais moi-même surpris de ce début de saison."

"HERLINGS M’A PLUS IMPRESSIONNÉ QUE ROCZEN"

Roczen, on pouvait s’attendre à son bon niveau mais Herlings est ce qu’il t’a surpris notamment à Mantova ?

M.M. : "En fait, il m’a surpris directement en Bulgarie pour la première épreuve car il a fait de bons chronos. A Mantova il m’a impressionné. C’était des conditions sablonneuses et il est né dedans, il est à l’aise, il roule bien et il est très technique. Roczen par contre ne me surprend pas énormément car je sens que l’écart est le même que l’année dernière et justement après la deuxième manche à Mantova il a vu qu’il y avait aussi Herlings et qu’il ne serait pas le seul à jouer la gagne."

Autre fait qui a marqué l’actualité, c’est ta signature pour deux ans aux Etats-Unis, c’est quand même assez inhabituel de signer aussi tôt, pourquoi une telle précipitation ?

M.M. : "On ne s’est pas précipité car on a bien discuté avec Pit Beirer (NDR : Manager Team KTM) et il nous a bien expliqué qu’il voulait être au top aux Etats-Unis. Il veut mettre en place la même structure qu’en Europe et comme je suis très heureux des conditions dans lesquelles je travaille ici et mon rêve est d’aller aux Etats-Unis donc si je peux réunir les deux conditions c’est génial. C’est pour cela que ça s’est fait rapidement. On a voulu, ensemble, que cette signature se fasse avant le mondial car maintenant on peut se concentrer sur les courses plus sereinement."

Lorsque tu as signé avec KTM l’an passé, n’y avait-il pas d’option pour que tu partes avec eux aux Etats-Unis en 2011 ?

M.M. : "Non pas du tout, les discussions se sont faites cette année. Pit Beirer a fait plusieurs voyages aux Etats-Unis et il a cette volonté de réussir outre Atlantique en amenant le savoir faire des Autrichiens. Les motos seront d’ailleurs préparées à l’usine et je vais pouvoir bénéficier d’une vraie moto de supercross car par exemple à Bercy j’avais simplement une machine modifiée pour le supercross. Les paramètres seront différents."

Certains observateurs disent que tu aurais pu avoir une meilleure offre si tu avais attendu le grand prix des Etats-Unis car les teams US t’auraient vu rouler et tu aurais pu faire monter les enchères. Tu n’y as pas pensé ?

M.M. : "Ce qu’il faut savoir c’est qu’aux Etats-Unis ce n’est pas facile non plus. Quand on voit des pilotes comme Kevin Windham qui ont chaque année leur contrat revu à la baisse alors qu’ils restent parmi les meilleurs, on comprend que la situation économique n’est pas florissante. Il ne faut pas non plus trop rêver. Aujourd’hui ça ne fonctionne plus comme ça, c’est la crise aussi aux Etats-Unis. Et même si on a pu lire dans la presse française que Mitch Payton serait heureux de m’avoir parmi ses pilotes, nous n’avons jamais eu de discussion tous les deux."

Quand on sait que Mitch Payton annonce qu’il aimerait bien signer avec toi, ça ne t’a pas fait envie ?

M.M. : "Si bien sûr, ça fait rêver mais les Etats-Unis c’est un énorme changement de vie. Le pays, le supercross, la langue, de nouvelles personnes c’est un ensemble de choses qui est bouleversé alors qu’avec KTM je devrais garder mon entourage. Yannig Kervella, mon mécanicien, les préparateurs suspensions ce sont des personnes que je connais et qui vont rester autour de moi. Je connais la moto et le team donc c’est sûr que pour une première année là bas ça met plus facilement en confiance."

"JE NE ROULERAI PAS POUR LA PREMIERE EPREUVE DU MX US"

Est ce que tu serais prêt à aller défier les américains dans leur championnat pour la première épreuve à Hangtown le 22 mai ?

M.M. : "Ce n’est pas dans mon planning mais par contre je vais sûrement aller voir la course mais ce n’est pas prévu que je roule là bas. C’est sûr ça pourrait être bien mais je vais juste aller voir."

Eh bien, Marvin, le champion du monde a peur des Américains ?

M.M. : "Oh non, bien au contraire, mais comme Glen Helen (NDR : le GP des Etats-Unis prévu le 30 mai) a été annoncé tardivement, on n’a pas relevé l’éventualité de rouler le weekend précédent à Hangtown pour la première épreuve du MX US.

Mais ça peut être un bon test justement avant le GP pour essayer le matériel ?

M.M. : "Oui mais maintenant on en a décidé autrement."

C’est dommage, ça aurait pu faire une belle entrée en matière aux Etats-Unis.

M.M. : "J’attends… il ne faut pas se précipiter."

Par contre est ce que tu aimerais voir des Américains venir rouler au GP à Glen Helen pour le championnat du monde ?

M.M. : "Oui ce serait super, ils connaissent la piste, ils vont être chez eux, ce serait bien. Ce serait un peu comme les Nations. Il pourrait y avoir de la bagarre et ça augmenterait le niveau."

Souvent on critique les Américains parce qu’ils ne viennent pas en Europe mais cette fois-ci vous avez l’occasion de leur montrer ce que vous valez et vous n’allez pas rouler contre eux non plus. C’était aussi pour vous une opportunité.

M.M. : "Oui c’est vrai. Mais bon, ils nous ont déjà vu aux Nations."

Quel est ton avis sur le MX1 ?

M.M. : "Je suis content de voir Cairoli gagner avec la 350cc. Je pense que la 350cc c’est une révolution. Après il faudra aussi surveiller Philippaerts mais dans l’ensemble j’ai l’impression qu’il y a moins d’actions qu’en MX2.

"EN MX1 LA 350cc M’ATTIRE"

Justement tu me parles de cette 350cc, ce serait ton choix si tu étais en MX1 ?

M.M. : "Ah oui, c’est sûr, je ne l’ai pas encore essayer mais je suis vraiment attiré par la 350cc pour le MX1. On le voit bien, Cairoli arrive à partir dans les trois premiers et il gagne."

Ce n’est pas un désavantage face aux 450cc ?

M.M. : "Comparé à la 450cc de Nagl, c’est peut être un désavantage pour le départ mais comparé aux autres motos je ne pense pas. La 350cc est légère, maniable et Cairoli il attaque vraiment avec. Avec une 450cc, il irait peut être plus vite mais la machine est aussi plus lourde, c’est différent et au bout de 40 minutes on sent la différence."

Pour finir, les premières photos de la 250cc 4T injection sont apparues sur internet, est-ce possible de te voir rouler avec cette année ?

M.M. : "Mon mécanicien m’en avait parlé en début d’année mais changer de machine en milieu de saison je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Tout se passe bien avec ma moto actuelle mais c’est sûr que l’injection ce sera le future !"

Merci Marvin. Bon courage pour la suite du championnat. L’Entrevue est terminée. Restez connecté, on se retrouve très vite sur MX2K.COM !

Entrevue réalisée par Maxime "MX Max" Martin – Photos copyright Maxime Martin & Ray Archer / KTM

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password