Deprecated: Unparenthesized `a ? b : c ? d : e` is deprecated. Use either `(a ? b : c) ? d : e` or `a ? b : (c ? d : e)` in /var/www/vhosts/vintage-magazine.fr/0/httpdocs/wp-content/plugins/wp-views/vendor/toolset/toolset-common/lib/enlimbo.forms.class.php on line 930
Les 12 travaux de Pierrick Paget : Etape du Tour de France Amateur ! – Mx2k

Les 12 travaux de Pierrick Paget : Etape du Tour de France Amateur !

pierrick-paget-200706

A la question « Quelle est l’épreuve qui te fait le plus peur ? », j’ai toujours répondu que l’Etape du Tour était sûrement l’un de mes plus gros challenge. Pour plusieurs raisons, la première étant le côté sauvage de cette épreuve avec 3 cols et 191 km le tout en pleine chaleur estivale. La seconde vient de la possibilité de s’entraîner pour ce genre de rendez vous. Il faut compter 6 000 km à son compteur, et le mien dépassait à peine les 1 000 km… Enfin la troisième venait de la nutrition, je n’ai jamais fait de ma vie un effort aussi long et je craignais les réactions de mon corps, habitué pendant des années aux 40min + 2T et dernièrement, aux 3 heures de course.

Pour tout vous dire j’avais peur…J’étais également excité puisque je partais dans l’inconnu le plus complet. Lorsque mon réveille a sonné à 5H30, j’avais déjà les yeux grands ouverts !


Une douche, je m’habille et tache de ne rien oublié, les poches de mon maillot sont gonflées et je me dirige tranquillement en moulinant vers le sas de départ. Il est 6H30, j’ai bu un café et une part de gâteau énergétique EAFIT…

J’ai le dossard 4089, donc je suis en plein milieu du peloton, au milieu de l’avenue centrale de Gap. 9 000 coureurs sont là, attentifs, souriants, calme. On est loin d’un pré-parc de minivert avant la première séance d’essais je peux vous le dire ! Certains parlent du match de la veille (France-Italie, finale de la coupe du Monde) mais c’est plus pour dire que le calme après la défaite Française nous a finalement bien arrangé pour dormir un peu…

Lorsque le départ est donné, il est 7h du matin et on s’élance sur la nationale…Au boulot.
Je m’arrête 2 min au bout de 40 km pour soulager une vessie pleine de boisson énergétique et je prends le temps de regarder les coureurs passés. Le bruit est incroyable ! On dirait un train électrique sans fin lancé à vive allure. Imaginez un cortège de 9 000 vélos dont on entend que les roues libres !
Je remonte sur la selle et c’est repartit !

La première difficulté (car non, faire les 70 premiers Km à 35km de moyenne n’en ait pas une, ou alors vous êtes mal barrés pour la suite !) arrive sous les traits du col de l’Izoard…

De loin ca n’à pas l’air si terrible et je descends les rapports. Je passe le village facilement et m’enfonce dans la forêt. 80 km déjà …Je suis à 10 km du sommet ! Facile ! Sauf que non, la côte d’avant était là pour faire monter le cœur mais les jambes n’ont encore rien vues !

La côte devient une rampe, une vitesse de moins sur le pédalier compact de mon Cinelli, la rampe devient un mur et hop une dent de …eh non, je suis déjà tout à gauche !!!!
Plus qu’une solution Pierrot, il faut forcer…Alors j’emmène, j’emmène, et ça passe ! Les collègues pêtent les uns après les autres, ça zigzague, ça vacille mais je tiens le coup et je monte fort ! Un petit coucou à Michel Maindru en passant (il est sur toutes les épreuves comme le Touquet, le marathon, l Etape du Tour, etc.…pour faire les photos officielles) et j’arrive au sommet !

Content ! On m’avait dit de le faire à 70%, et bien je peux vous dire que c’est pas possible ! En dessous de 100%, un col comme celui ci, tu le montes tout simplement pas ! Mon Pulsomètre a affiché 185 toute la côte…

Je mange un peu et je re-bascule sur Briancon, il reste encore 100 bornes, j’en ai déjà fait 90 !
La descente est belle et je prends mon pied en attaquant à la Rossi. J’ai longtemps eu des vélos moyen et après le beau cadeau de Goodman il y a 2 ans, FMF Sports Group et toute la bande à Fred Glo me sponsorise pour mes projets ! (belle esprit car j’importe Pro Circuit !) Du coup ils m ont prêté un vélo mythique : le CINELLI. La différence se sent surtout dans les descentes et il est d’une maniabilité incroyable ! Freinage au top, léger et rigide, c’est le vélo qui m’accompagnera dans mes projets !

Arrivé à Briancon, on roule dans la vallée de Serre-Chevalier et on attaque direct le Col du Lautaret. Ce dernier est plutôt facile car la route est de la belle nationale. Par contre il fait 30° et il n’y a pas d’ombre. Ca tape et la côte est longue et monotone…
Pour une fois je me permets de monter à 170 puls et j’arrive au dessus assez frais !

Je mange un peu et je re-bascule dans la vallée. Tout est magnifique et pédaler dans des décors pareilles est irremplaçable. Il y a beaucoup d’étrangers, Japonais, Australiens, Anglais, américains et je comprends aujourd’hui pourquoi le Tour de France est si réputé : on vit dans un pays fabuleux et les Alpes sont somptueux !

Arrivée sur Bourg d’Oisans je commence à accuser le coup. Cela fait maintenant 7h que je pédale, j’ai fait 175 km et je commence à en avoir marre. Je m’arrête manger et boire et je repars pour les derniers 15 km….
L’Alpes d’Huez… 21 virages, 14,5km plus de 10% de moyenne.
J’attaque et dès la première côte, les mecs marchent ! woua !
Les 3 premiers Km sont terrible et j’ai beaucoup de mal à emmener mon braquet, mais j’ai pas le choix, j’ai plus rien à gauche !
Je monte fort, je bois, je souffle, les virages se passent bien et j’arrive au virage 10 pour prendre cette photo et je mets le pied à terre. Il est 7h30, il me reste 7km….

Je ne repartirai jamais comme avant…
Je m’arrête au virage 11, je vomi, je m’arrête au virage 12, je me couche, je m’arrête au virage 13, je m’assois, au virage 14 je revomi et ainsi de suite.
Il me faudra 1H10 pour faire ces 7 derniers Km…. Les cyclistes sont couchés dans le bas coté, ils dorment, pleurent, gémissent, s’étirent…. L’Alpes d’Huez ne fait pas de prisonniers… C’est impressionnant de voir un mec de 45 ans pleurer à coté de son vélo…Ca calme je peux vous le dire…

Pour ma part, je suis déshydraté, mort mais je monte, doucement mais je monte et j’ai la banane ! Pour une fois que j’ai pas à faire de perf ! je sais que j’irai au bout et le temps, je m’en fous. Je suis enfin un amateur….comme les autres ! C’est le pied.
J’arrive dans la dernière ligne droite, je cadre, et je fais la même photo de l’arche « Tour de France » qu’au matin, 8h51min plus tard en passant sous la ligne d’arrivée….

Je peux vous dire que le Coca frais en terrasse après cette petite sortie de vélo bien sympathique était bon ! lol
Et puis je suis allé au toilettes me laver les mains, il y avait la dernière chanson de Florent Pagny, et je sais pas pourquoi, mais je me suis mis à chialer….J’en ai parlé un peu avec des amis qui ont fait ce genre d’épreuves et finalement c’est apparemment complètement normal après une course comme çà…Les nerfs qui lachent, c’est en gros ce qui m’est arrivé …Et pourtant j’etais zen…

J’ai été au bout de moi-même, et je pense que cela sera ma seule et unique course de vélo…à moins que je ne m’inscrive au Paris-Roubaix amateur l’an prochain ?? Il paraît qu’on devient très vite accro aux courses fortes comme celle que je viens de vivre…

Retrouvez toute l’actualité de Pierrick Paget sur son site http://www.pierrickpaget.com/

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password