Deprecated: Unparenthesized `a ? b : c ? d : e` is deprecated. Use either `(a ? b : c) ? d : e` or `a ? b : (c ? d : e)` in /var/www/vhosts/vintage-magazine.fr/0/httpdocs/wp-content/plugins/wp-views/vendor/toolset/toolset-common/lib/enlimbo.forms.class.php on line 930
Vers une nouvelle dimension en Freestyle Motocross ? – Mx2k

Vers une nouvelle dimension en Freestyle Motocross ?

barspin-index-110706

Le backflip est incontestablement la dernière évolution majeure en freestyle motocross. Depuis Carey Hart et le tout premier « back » de la planète aux XGames, de nombreux riders passent régulièrement cette figure avec plus ou moins de variantes : backflip nac nac, backflip one hand, ou backflip seat-grab et backflip cordobes pour les meilleurs. De nos jours, pour être au top de la discipline, il est devenu indispensable de se mettre la tête à l’envers et si possible en combinant avec un autre “tricks” (comprenez figure !). Mais après le backflip, le FMX pourrait bien connaître une nouvelle évolution majeure avec l’arrivée de la fourche à rotor qui permet une rotation du guidon à 360 degrés. Avec une telle fourche sur une moto de freestyle, un nouveau répertoire des tricks verrait le jour et on rentrerait très certainement dans une nouvelle dimension.

C’est paradoxal, mais si le BMX ( Bicycle Motocross) est le rejeton turbulent du motocross, il a prit sa revanche en devenant le point de référence du FMX moderne et ce dans tous les domaines : mode, attitude, musique, refus des règles, et maintenant jusque dans les pièces techniques. Le système de rotor a été créé par dans le milieu des années 80 par la marque américaine ACS pour le freestyle au sol en bmx et a tout de suite connu un succès généralisé. Le concept a été amélioré et copié par de nombreuses autres marques.

Ce sont d’abord les « ramprider » qui vont commencer a s’en servir pour faire des figures issues des techniques du saut au sol tel que le tailwip (lors du saut on fait tourner le cadre du vélo en tenant le guidon) ou le decade air (là c’est le corps qui tourne autour de la colonne de direction en l’air). Puis vers le début des année 90, les pilotes de BMX commencent a se lasser de la course et se mettent a faire des figures sur les bosses des pistes de BMX. Il sont vite rejoint par des freestylers qui n’ont pas l’occasion de rouler sur les rampes ou skateparks qui se font trop rares et qui de plus leurs sont souvent interdits. Le dirt est né. La longueur des saut aidant, le rotor va vite devenir l’arme indispensable en terme de création de figure. Le rotor a ouvert une nouvelle voie en BMX où de nombreuses figures ont ainsi vu le jour. La quasi-totalité des tricks du FMX venant du BMX, il ne serait donc pas utopique que d’imaginer une telle évolution en freestyle motocross.

Adapter une fourche à rotor sur une moto de freestyle n’est cependant pas une simple affaire. Le travail est énorme tant le FMX est différent du BMX. Les contraintes par rapport à l’utilisation sur un vélo sont bien plus importantes sur une moto. La hauteur du saut, le poids de la moto et surtout la violence du choc au moment de la réception sont des contraintes bien plus élevées en moto qu’en vélo. De plus, ce ne sont pas deux commandes (frein avant et arrière) mais trois commandes (frein avant, embrayage et accélérateur) qu’il faut faire passer dans le rotor sans gêner la rotation du guidon. Beaucoup se souviennent très certainement de l’image de Travis Pastrana lors des derniers XGames de Los Angeles où il s’était mis un volume d’anthologie, suite au bris de sa fourche à rotor alors qu’il n’avait pas encore touché le sol !

Pourtant, depuis plus d’un an la société IP Racing basée dans le sud de la France développe une fourche à rotor pouvant encaisser les contraintes de la pratique du freestyle motocross. Cette fourche, présentée l’an passé lors du Paris Freestyle Show, a connu en un an de nombreuses améliorations et modifications pour arriver à un produit quasi-terminé. Par faute de temps, très peu de riders ont pu tester convenablement la moto équipée de cette fourche révolutionnaire. Mais la semaine passée, Jérôme « GG83 » Cauwet, l’homme à l’origine de ce projet, a invité le jeune Charles Pagès à tester la fourche à rotor durant deux demi-journées.


La fourche à rotor telle qu’elle fût présentée l’an passé au Paris Freestyle Show

Le rendez-vous est prit au FMX Park de Gaillac tracé par Marceau Marty pour Benoît Albos. Venus tardivement au FMX après de nombreuses années à sillonner les terrains de motocross du côté de la Vendée, Charles et Thomas Pagès ne sont pourtant plus des novices dans cette discipline. C’est donc tout naturellement que Jérôme Cauwet a contacté Charles Pagès (Thomas étant blessé à l’épaule) pour venir effectuer des tests dans un bac à mousses.

Une fois la moto en main (imaginez rouler et surtout tourner avec une moto n’ayant pas de buté de direction !), la première figure à passer sera un « simple » barspin, c’est à dire une rotation à 360 degrés du guidon durant le saut. Charles s’essaiera à plusieurs reprises sur ce tricks afin d’assimiler les astuces de la fourche à rotor et comprendre l’effet gyroscopique de la roue. Après plusieurs tentatives le barspin passe parfaitement, et la réception dans la mousse est parfaite. Le temps de démonter la fourche et faire le tour de la moto pour vérification, il est temps de passer aux choses sérieuses.

La prochaine figure a être testée sera le Decade Air, une rotation complète du pilote autour de la colonne de direction. Beaucoup plus difficile, ce tricks demandera aussi beaucoup plus de temps à Charles pour pouvoir enfin réussir parfaitement la manœuvre, avec toujours une réception dans la mousse.

Le lendemain pour une seconde matinée de test, Charles Pagès veut aller encore plus loin et se lance dans un underflip barspin. Imaginez un backflip où le rider place la moto à un angle de 90 degrés par rapport à la rampe tout en tournant le guidon à 360 degrés. La figure ne passera proprement qu’une seule fois.

Decade air, underflip barspin… en très peu de temps de tests, la fourche à rotor à démontré un potentiel énorme et nous laisse imaginer les nouvelles figures qui pourraient voir le jour sur une moto de freestyle. Sans rien enlever au talent de Charles Pagès, imaginez un Travis Pastrana, un Brian Deegan ou même un Manu Troux au guidon du rotor…

Jusqu’alors une moto de freestyle n’avait pas besoin de beaucoup de modifications et restait très proche d’une moto de série (rappelez vous les premiers contests de FMX à Bercy où Edgar Torronteras « jumpait » sur une machine de cross). Mais si le freestyle motocross veut continuer à suivre l’exemple du BMX en terme de figures, il semble désormais indispensable de s’intéresser à cette fourche à rotor qui ouvrirait ainsi une nouvelle dimension en FMX.

La prochaine évolution importante en freestyle motocross pourrait donc ne pas venir de l’homme mais bien de la machine, et quand on voit où les pros du BMX Dirt en sont au niveau figures, on peut dormir sur nos deux oreilles… le FMX a encore largement de quoi nous étonner !

Photos copyright GG83 / EdgeRider – Textes Mx2k.com / EdgeRider

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password